Librairie Tonnet
Vous êtes dans : Librairie Tonnet > Le diable et le bon Dieu

Couverture

recto

Le diable et le bon Dieu (Lu Par Pierre Brasseur Et Michel Etcheverry)

Gencod
3540139853728
  • Eponymes
  • 21 Décembre 2010
  • Poésie Théâtre Audio Vidéo Ou Produits Tva 20
  • 18 X 14 cm, 80 grammes 
Prix : 6.00 €
Quantité :

Pour la philosophie existentialiste, l'existence précède l'essence, c'est à dire que l'homme naît seul, libre et responsable. Il n'est lui-même qu'être et néant, mais il donne, par ses choix et les engagements de son existence, un sens à sa vie. Tout le théâtre de Sartre est empreint de cette pensée. Avec Le Diable et le Bon Dieu, Sartre réalise enfin en Goetz l'unité du personnage et donne une véritable expression dramatique au problème de la liberté. Dans l'Allemagne de la Renaissance, Goetz, personnage historique des Guerres de Religion est un soldat sanguinaire dépourvu de tout sens moral, il trahit, pille et tue sans aucun remords, et se réjouit que ses actes indignent Dieu. Un jour, il décide de devenir bon. Il s'adresse à Dieu : " Tu n'as pas prêté attention à moi quand je faisais le mal, peut-être me verras-tu mieux si je suis terriblement bon ". Mais il découvre bientôt qu'en voulant faire le bien des hommes malgré eux, il provoque des massacres encore plus horribles. Devant cet échec, il reprend une politique de répression impitoyable.

1905-1980
Jean-Paul Sartre est orphelin de père à deux ans et grandit à Paris, dans un milieu bougeois et intellectuel. Elève de l'Ecole Normale Supérieure, il est reçu à l'agrégation de philosophie en 1929. Il sera pensionnaire pendant un an à l'Institut français de Berlin où il complète son initiation à la phénoménologie de Husserl. De 1936 à 1939, il enseigne au Havre, à Laon et à Paris. Mobilisé à Nancy, il sera fait prisonnier, puis libéré en 42. En pleine occupation, il réussit à faire jouer Les Mouches (1943).
Suit une période très créative où Sartre voyage aux Etats-Unis d'où il écrit des articles retentissants. Il publie L'Etre et le Néant et sa trilologie, Les Chemins de la Liberté. Il devient alors le chef de file d'une nouvelle gauche. En 1945, il crée la revue des Temps Modernes. Après avoir suivi la ligne du parti communiste, il blâme en 1956 la répression du soulèvement hongrois et en 1968, l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Pendant la guerre d'Algérie, il prend résolument parti pour le F.N.L. Non-conformiste sans concession, il refuse le prix Nobel en 1964.
En avril 1980, vingt mille personnes suivront sa dépouile jusqu'au cimetière de Montparnasse. Et depuis?
"Nous n'avons plus de contemporain capital, de philosophe vers qui nous tourner, d'écrivain qui prenait parti, sans embages. Nous souffrons d'un manque de réponses, mais plus encore, peut-être, d'un manque de questions. Le piédestal sur lequel se dressait la statue du petit homme est bien vide." J.J Brochier, dans Le Magazine littéraire, 1996 (Hors série)
Bien au-dessus des querelles byzantines, philosophiques ou politiques, Sartre reste celui qui enseigne l'authenticité et la responsabilité. Philosophe de la liberté, il s'inscrit, n'en déplaise à certains, au panthéon des humanistes.

Les dernières parutions de : Jean-Paul Sartre