Molière

  • Oeuvres complètes I, II

    Molière

    • Gallimard
    • 6 Janvier 2022

    On connaît Molière, et on croit le connaître bien. Chaque génération l'a lu à sa manière. Des traditions éditoriales, et des légendes biographiques, se sont fait jour. On publie généralement ses oeuvres dans l'ordre selon lequel elles furent créées, alors que pour plusieurs pièces, et notamment pour Tartuffe, on ne possède pas le texte de la création. Il aurait écrit sur la médecine parce qu'il était malade; sur le mariage et la jalousie parce que sa femme aurait été légère... L'avantage, avec les grandes oeuvres, c'est qu'elles redeviennent neuves dès qu'on veut bien porter sur elles un regard différent. Ainsi, ce n'est pas dans de prétendues difficultés conjugales qu'on cherchera la source de l'intérêt de Molière pour le statut des femmes, mais bien plutôt dans un ensemble de valeurs partagées par toute la société mondaine de son temps. De même, Molière ne fut pas un malade qui raillait ses médecins, mais un auteur qui, après l'interdiction du Tartuffe, utilisa la médecine comme allégorie de la religion, sujet désormais prohibé. De même encore, on ne peut mettre sur le même plan les pièces qu'il publia lui-même - à partir des Précieuses ridicules -, celles que firent imprimer ses héritiers et celles qui restèrent inédites jusqu'au XIX? siècle. Cette nouvelle édition, qui rompt avec de vieilles habitudes, reconstitue la trajectoire éditoriale de l'oeuvre et insiste sur ce qui distingue Molière des autres auteurs de son temps:une indifférence souveraine à l'égard des règles de poétique théâtrale; des innovations radicales dans l'«action» (la manière de jouer) comme dans la structure des pièces; une réussite exceptionnelle dans la comédie «mêlée de musique»; et surtout un jeu permanent, sans précédent, sur et avec des valeurs qui étaient les siennes, que partageait son public (la Cour comme la Ville), que nous partageons toujours pour une bonne part, et dont il a fait la matière même de ses comédies, créant ainsi entre la salle et la scène une connivence inouïe, qui dure encore.

  • Oeuvres complètes t.1

    Molière

    • Gallimard
    • 17 Mai 2010

    On connaît Molière, et on croit le connaître bien. Chaque génération l'a lu à sa manière. Des traditions éditoriales, et des légendes biographiques, se sont fait jour. On publie généralement ses oeuvres dans l'ordre selon lequel elles furent créées, alors que pour plusieurs pièces, et notamment pour Tartuffe, on ne possède pas le texte de la création. Il aurait écrit sur la médecine parce qu'il était malade ; sur le mariage et la jalousie parce que sa femme aurait été légère. L'avantage, avec les grandes oeuvres, c'est qu'elles redeviennent neuves dès qu'on veut bien porter sur elles un regard différent. Ainsi, ce n'est pas dans de prétendues difficultés conjugales qu'on cherchera la source de l'intérêt de Molière pour le statut des femmes, mais bien plutôt dans un ensemble de valeurs partagées par toute la société mondaine de son temps. De même, Molière ne fut pas un malade qui raillait ses médecins, mais un auteur qui, après l'interdiction du Tartuffe, utilisa la médecine comme allégorie de la religion, sujet désormais prohibé. De même encore, on ne peut mettre sur le même plan les pièces qu'il publia lui-même - à partir des Précieuses ridicules -, celles que firent imprimer ses héritiers et celles qui restèrent inédites jusqu'au XIXe siècle.
    Cette nouvelle édition, qui rompt avec de vieilles habitudes, reconstitue la trajectoire éditoriale de l'oeuvre et insiste sur ce qui distingue Molière des autres auteurs de son temps : une indifférence souveraine à l'égard des règles de poétique théâtrale ; des innovations radicales dans l'« action » (la manière de jouer) comme dans la structure des pièces ; une réussite exceptionnelle dans la comédie « mêlée de musique » ; et surtout un jeu permanent, sans précédent, sur et avec des valeurs qui étaient les siennes, que partageait son public (la Cour comme la Ville), que nous partageons toujours pour une bonne part, et dont il a fait la matière même de ses comédies, créant ainsi entre la salle et la scène une connivence inouïe, qui dure encore.

  • Oeuvres complètes t.2

    Molière

    • Gallimard
    • 17 Mai 2010

    On connaît Molière, et on croit le connaître bien. Chaque génération l'a lu à sa manière. Des traditions éditoriales, et des légendes biographiques, se sont fait jour. On publie généralement ses oeuvres dans l'ordre selon lequel elles furent créées, alors que pour plusieurs pièces, et notamment pour Tartuffe, on ne possède pas le texte de la création. Il aurait écrit sur la médecine parce qu'il était malade ; sur le mariage et la jalousie parce que sa femme aurait été légère. L'avantage, avec les grandes oeuvres, c'est qu'elles redeviennent neuves dès qu'on veut bien porter sur elles un regard différent. Ainsi, ce n'est pas dans de prétendues difficultés conjugales qu'on cherchera la source de l'intérêt de Molière pour le statut des femmes, mais bien plutôt dans un ensemble de valeurs partagées par toute la société mondaine de son temps. De même, Molière ne fut pas un malade qui raillait ses médecins, mais un auteur qui, après l'interdiction du Tartuffe, utilisa la médecine comme allégorie de la religion, sujet désormais prohibé. De même encore, on ne peut mettre sur le même plan les pièces qu'il publia lui-même - à partir des Précieuses ridicules -, celles que firent imprimer ses héritiers et celles qui restèrent inédites jusqu'au XIXe siècle.
    Cette nouvelle édition, qui rompt avec de vieilles habitudes, reconstitue la trajectoire éditoriale de l'oeuvre et insiste sur ce qui distingue Molière des autres auteurs de son temps : une indifférence souveraine à l'égard des règles de poétique théâtrale ; des innovations radicales dans l'« action » (la manière de jouer) comme dans la structure des pièces ; une réussite exceptionnelle dans la comédie « mêlée de musique » ; et surtout un jeu permanent, sans précédent, sur et avec des valeurs qui étaient les siennes, que partageait son public (la Cour comme la Ville), que nous partageons toujours pour une bonne part, et dont il a fait la matière même de ses comédies, créant ainsi entre la salle et la scène une connivence inouïe, qui dure encore.

  • Molière

    Georges Forestier

    • Gallimard
    • 11 Octobre 2018

    Il existe un mythe de Molière édifié sur un monceau de légendes, approximatives, artificieuses, extravagantes : mari jaloux et malheureux ; d'humeur rêveuse et mélancolique ; versificateur maladroit ; acteur doué pour le seul jeu comique ; malade consumé par ses mauvais poumons...
    Des générations de biographes ont colporté ces fables qui composent encore aujourd'hui son portrait.
    Comment retrouver le vrai Molière, celui que ses contemporains ont connu et qui nous est largement dérobé ? Il ne subsiste de lui ni manuscrits ni lettres ni écrits intimes. Pour connaître au plus près la figure de l'homme, l'itinéraire de l'acteur, l'audace du directeur de théâtre, l'ingéniosité créatrice de l'auteur, il faut revenir aux témoignages méconnus, aux documents oubliés, aux traces matérielles - tout ce qui restitue, souvent par effraction, les travaux et les jours de l'homme, la vie d'une famille hors norme, les tribulations d'une troupe d'exception, la séduction de l'artiste-courtisan devenu le favori de Louis XIV, et qui éclairent les fulgurances du plus grand auteur comique occidental.
    Georges Forestier tente de se glisser dans l'intimité du créateur. Il en reconstitue la formation intellectuelle, révèle les secrets de fabrication de ses oeuvres et fait découvrir la logique qui préside à l'enchaînement des pièces en perpétuel renouvellement. Au fil des spectacles, à la Cour comme à la Ville, et d'un triomphe à l'autre, c'est le genre même de la comédie que Molière ne cesse de révolutionner. Voilà pourquoi cet alchimiste reste indéfiniment le contemporain de ses spectateurs et de ses lecteurs.

  • Conçu comme l'album du quadri-centenaire de Molière, cet ouvrage propose d'abord le portrait de celui que l'on considère comme l'homme de théâtre par excellence : auteur, comédien, directeur de troupe, « metteur en scène », organisateur des divertissements de Cour. Le livre montre que ce mythe national a immédiatement inspiré après sa mort jusqu'à aujourd'hui. Symbole de l'esprit français et de la politique de rayonnement d'un Roi-Soleil, Molière est aussi l'inspirateur d'une tradition artistique qui s'en réclame dès la fin du XVIIe siècle jusqu'au XXe siècle, l'incarnation d'un théâtre populaire, au prix de récupérations et détournements tant dans les arts vivants que dans les arts visuels, industries culturelles et médias de masse. L'ouvrage offre enfin une traversée dans les espaces culturels d'un Molière vu d'ailleurs, par-delà les frontières culturelles et linguistiques, afin de percevoir la façon dont il est perçu en-dehors de l'hexagone, où il a conservé toute sa portée satirique, comme un auteur s'opposant à l'autorité, résistant à l'oppression, antidote à l'esprit de sérieux.

  • Dictionnaire amoureux de Molière

    Francis Huster

    • Plon
    • 7 Octobre 2021

    Par quelle magie, quand l'humour de tous les autres grands auteurs ne cesse de s'affadir avec le temps, sa force comique conserve-t-elle, aujourd'hui encore, toute sa puissance ? Pourquoi ses héros, réduits à quelques traits ou traversés d'aspirations contradictoires, animés par des lubies, aveugles à eux-mêmes, parviennent-ils à nous révéler des dimensions insoupçonnées de la condition humaine ? Comment le pur plaisir du jeu théâtral et de ses variations, premier moteur de ses pièces, devient-il, sous sa plume, un instrument de précision capable de dévoiler les motivations les plus secrètes des personnages ?
    C'est que Molière est le seul auteur (hormis peut-être, à ce niveau, Charlie Chaplin) dont le génie découle entièrement de celui qu'il avait comme acteur. Au demeurant, si l'on veut en révéler toute la profondeur, il faut aborder ses comédies comme des partitions musicales : pour nous faire ressentir les vrais enjeux de la pièce, les acteurs doivent y déchiffrer les émotions, sans cesse changeantes et surprenantes, qu'ils auront à vivre sur la scène. Chez Molière, en effet, ce sont les émotions qui révèlent et jugent ce que les actes, les pensées et les paroles des personnages travestissent.
    Sous cet angle, l'originalité de Molière apparaît avec une évidence et une simplicité nouvelles : les milliers d'ouvrages brillants qui lui ont été consacrés ont eu tendance à estomper les intentions du dramaturge, à force d'interprétations conceptuelles, morales, esthétiques ou historiques. Ce retour amoureux au Molière des origines, qui est le Molière de toujours et de demain, est celui que nous propose ici le 463e Sociétaire de la Comédie française, Francis Huster.

  • Le roman de monsieur de Molière

    Mikhaïl Boulgakov

    • Folio
    • 23 Février 1993

    « Une accoucheuse qui avait appris son art à la maternité de l'Hôtel-Dieu de Paris sous la direction de la fameuse Louise Bourgeois délivra le 13 janvier 1622 la très aimable madame Poquelin, née Cressé, d'un premier enfant prématuré de sexe masculin.
    Je peux dire sans crainte de me tromper que si j'avais pu expliquer à l'honorable sage-femme qui était celui qu'elle mettait au monde, elle eût pu d'émotion causer quelque dommage au nourrisson, et du même coup à la France. »

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le monde selon Molière

    Christophe Barbier

    • Tallandier
    • 4 Novembre 2021

    Comédien né, acteur fétiche du Roi-Soleil, metteur en scène et auteur de génie, Molière (1622-1673) ne vécut que par et pour les planches. Le Tartuffe, Les Précieuses ridicules, Le Malade imaginaire, L'Avare, Dom Juan... 400 ans après sa naissance, nous nous régalons encore de ses textes et de leur étonnante modernité.

    Pourquoi une telle postérité ? Parce qu'au milieu du XVIIe siècle, Jean-Baptiste Poquelin invente la comédie sociale qui met à la portée du peuple, en le faisant à la fois rire et ré échir, les grandes questions qui résonnent encore de notre temps : la relation au pouvoir, la place de la femme dans la société, la lutte des classes, la santé, la religion... Sur chacune de ces interrogations, Molière agit en pionnier, presque en révolutionnaire caché sous les masques de la commedia dell'arte. Il explore les arcanes de la société et de la nature humaine avec une causticité nouvelle. La vanité, l'avarice, le désir, l'hypocrisie, l'ambition sont mis à nu et donnent à ses pièces une puissance universelle et philosophique. Tartuffe, par laquelle il secoue la religion, sera le combat de sa vie, un chapitre éminent pour la liberté de conscience. À travers ces « farces profondes », le dramaturge rassemble et unie. C'est pourquoi nous parlons tous la « langue de Molière », constitutive aujourd'hui de l'identité française et de notre patrimoine. En maestro amoureux des lettres et du théâtre, Christophe Barbier nous fait redécouvrir les mille et une facettes du plus intemporel de nos auteurs.

  • L'autre Molière

    Eve De Castro

    • L'iconoclaste
    • 6 Janvier 2022

    Corneille a-t-il écrit les plus célèbres pièces de Molière ? Un roman au coeur de la plus controversée des énigmes littéraires.

    Dans la nuit du 21 février 1673, une foule en larmes enterre Molière au cimetière Saint-Joseph. Alors qu'il est mort en pleine activité, l'inventaire de son cabinet de travail ne mentionne aucun manuscrit.
    Ce mystère n'a jamais été élucidé. En 1919, Pierre Louÿs est le premier à affirmer qu'un accord d'écriture aurait été passé entre Corneille et Molière, et que le tragédien serait l'auteur secret des grandes pièces du comédien. La controverse s'enflamme. Depuis cent ans, elle déchaîne les passions.

    Ève de Castro nous plonge au coeur de cette énigme par la voie romanesque, avec des détails que les biographies officielles passent sous silence.
    Qui sait que Molière, génial acteur, n'avait rien d'un intellectuel, qu'il n'a techniquement pu écrire sans aide ? Que le tragédien Corneille a commencé sa carrière avec sept comédies, qu'il avait un humour féroce, qu'il était épris d'Armande Béjart, l'épouse de Molière ?

  • Plus ancien théâtre d'Europe encore en activité, la Comédie-Française associe de façon organique une troupe, un répertoire joué en alternance et un espace de création permanents dans un établissement marqué par son exceptionnelle pérennité. Son histoire se mêle intimement à celle des spectacles en France. Emblématique des relations privilégiées autant qu'ambivalentes entre théâtre et État-nation, celle qu'on appelle la «maison de Molière» alors qu'elle naît sept ans après la mort de son «saint patron» - a toujours été investie d'une double vocation: identifier, à chaque époque, parfois avec retard, les innovations artistiques émergentes, tout en valorisant un patrimoine littéraire qui ne cesse de s'enrichir.

    Glorifiée comme le sanctuaire de la consécration, elle est parfois dénigrée pour cette même raison. Elle est longtemps appelée «Théâtre-Français», en référence à son rôle symbolique aussi bien pour la politique culturelle nationale que son rayonnement dans le monde. Elle offre ainsi un poste d'observation sans équivalent du rapport entre culture et pouvoir. Forte aujourd'hui de ces quatre cents employés issus de plus de soixante-dix professions, elle permet une plongée unique dans un ensemble de cultures de métiers relevant de l'artisanat d'art: scénographie, décors, costumes, machinerie, régies, accessoires...

    Cet ouvrage retrace les grandes phases de l'histoire politique, administrative, juridique, artistique, technique, sociale et économique d'une institution très présente dans l'imaginaire culturel des Français comme des étrangers. Il s'appuie sur un exceptionnel fonds d'archives, conservées depuis sa fondation en 1680, et de nombreuses oeuvres émanant de peintres, sculpteurs, architectes, comédiens ou metteurs en scène. Richement illustré de plus de 240 documents, pour partie inédits, il articule de manière originale les regards croisés de la conservatrice-archiviste et de l'historien du théâtre. Il vise un public étendu, allant des spectateurs de théâtre et des étudiants aux amateurs d'art et d'histoire.

  • Depuis son apparition dans Le Tartuffe en 1944, Michel Bouquet n'a plus quitté le répertoire de Molière. Il revient ici sur ces soixante-dix-sept années de compagnonnage durant lesquelles il a incarné de manière inoubliable plusieurs grands rôles, comme Harpagon ou Argan, et explique en quoi jouer Molière est aussi difficile qu'exaltant.
    Ce livre raconte aussi la vie de Molière : son apprentissage, son rôle de chef de troupe, ses rapports avec Louis XIV, ses combats, sa vie intime, son mariage avec Armande Béjart, de vingt ans sa cadette, sa puissance de travail qui fit surgir, au milieu d'innombrables soucis, une succession de chefs-d'oeuvre.
    Michel Bouquet rend hommage à cet esprit courageux qui dénonça les hypocrisies de son époque et défendit la cause des femmes ; il célèbre aussi, avec jubilation, le génie comique du plus grand dramaturge français.
    Redécouvrir Molière : tel est le propos de cet ouvrage porté par l'admiration contagieuse d'un comédien libre, d'une inaltérable jeunesse.

  • Poquelin contre Molière

    Francis Huster

    • Armand colin
    • 6 Octobre 2021

    Janvier 2022 : Molière aurait eu 400 ans. Molière ou Jean- Baptiste Poquelin?
    Il y a celui qui écrit et celui qui joue. Le premier se met à nu pour divertir le public, il se sert de sa propre vie pour l'offrir en sacrifice sur l'autel de sa passion : le théâtre. Le second est un chef de troupe et un comédien qui, sous le masque d'Harpagon, de Jourdain ou d'Arnolphe, sert l'auteur par son jeu et par sa passion pour la scène.
    Ces deux faces d'un même homme qui n'est qu'une seule légende s'affrontent à travers ce dialogue éblouissant que signe Francis Huster. Au-delà de savoir qui en sortira vainqueur et passera à la postérité, ce duel imaginé et qui sonne pourtant si vrai nous offre une belle réflexion sur l'auteur, le comédien, le théâtre sans oublier le quatrième mur : le public !
    Cet ouvrage s'adresse à tous les passionnés de Molière et à tous ceux qui auront la curiosité de connaître le point de vue original de Francis Huster sur Poquelin et son double de théâtre.

  • La riposte de Molière

    Paul Audi

    • Verdier
    • 6 Janvier 2022

    « Quoi que puisse dire Aristote et toute la Philosophie, il n'est rien d'égal au tabac : c'est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre... ».

    Ainsi débute Dom Juan, avec la tirade énigmatique de Sganarelle ventant au public les vertus du tabac, dont il ne sera plus question dans le reste de la pièce.
    Mais pourquoi cet éloge ? Pourquoi le tabac ? De quoi serait-il la métaphore ? Quel sens y a-t-il à convoquer ici « Aristote et toute la Philosophie » ? En quoi le tabac permet-il d'«instruire les âmes à la vertu » ?

    L'étude de Paul Audi tient de l'enquête policière. Au regard des commentaires les plus fameux, il propose une interprétation qui rend compte de chaque mot, de chaque indication de la tirade, mettant en relief le mobile politique qui sous-tend le texte de Molière.
    Cette étude révèle le combat qu'un grand comédien et dramaturge a été conduit à mener, au moment le plus critique de sa vie, pour défendre son art.

  • 150 cartes et infographies pour décrypter l'auteur français le plus joué dans le monde.

    Les dernières décennies ont profondément transformé les connaissances sur Molière.

    Christophe Schuwey, professeur de littérature française à l'université Yale et grand spécialiste de l'oeuvre de Molière, utilise la cartographie, l'infographie pour raconter, sous une forme nouvelle, la vie et l'oeuvre de Molière.

    Cartographes et infographistes pour la presse, Clara Dealberto et Jules Grandin ont relevé le défi de mettre en images ces données et de les intégrer au fil du texte.

    L'Atlas Molière se place dans la perspective des contemporains du dramaturge - libraires-éditeurs, auteurs, artistes et gazetiers - et raconte le contexte et le champ littéraire des années 1660, l'économie de l'époque, les enjeux religieux, la propagande, les habitudes de voyage, les modes de jeu et de scénographie, etc.

  • Parler d'amour dans la langue de Molière

    ,

    • Editions de l'aube
    • 6 Janvier 2022

    Une quarantaine de citations autour de l'amour, extraites des pièces de Molière, très connues comme Dom Juan ou Le Misanthrope, ou moins connues comme La Princesse d'Élide ou Dom Garcie de Navarre.
    Un classement thématique :
    « Je suis amoureux... » (la déclaration d'amour), « En amour comme en guerre... » (l'amour est un combat) « Quand deux coeurs s'aiment bien... » (l'amour heureux) « Si vous réduisez au désespoir... » (l'amour malheureux) « Il est bien difficile d'être fidèle... »

  • Lully, Jean-Baptiste

    Bénédicte Palaux Simonnet

    • Bleu nuit
    • 14 Janvier 2022

    La vie de Jean-Baptiste Lully (1632-1687) court sur ce demisiècle qui coïncide avec la période la plus flamboyante mais aussi la plus mouvementée du règne de Louis XIV. Né à proximité de Florence, le jeune Lulli profite du voyage de Guy de Guise pour migrer à Paris puis entrer au service de la duchesse de Montpensier. Ses compositions attirent l'attention du Roi qui lui confie la Bande des Petits Violons et lui commande des ballets comme des musiques religieuses. Naturalisé français (avec un «y» à son nom) en 1661, il compose pour de nombreuses pièces de Molière (jusqu'à la mort de ce dernier) et se voit confier la direction de l'Académie royale de Musique en 1672.
    Outre ses multiples comédies-ballets (genre dont il est le créateur), il est le père de nombreux opéras (Cadmus et Hermione, Alceste, Thésée, Atys, Isis, Phaéton, Roland, Armide, entre autres) qui sont longtemps restés au répertoire et ont influencé un grand nombre de compositeurs européens.
    Ce nouveau volume de la collection horizons vous propose de partir à la rencontre d'une figure majeure de la musique française dans cette étude illustrée inédite et complétée de multiples annexes.
    Ce nouvel opus de la collection horizons vous invite à rencontrer une figure majeure du XXe siècle dans cette biographie inédite et illustrée aux nombreuses annexes.

  • Les grandes vies ; Molière

    ,

    • Gallimard-jeunesse
    • 6 Février 2020

    Une vie entièrement dédiée à la passion du théâtre. Molière, né à Paris en 1622 sous le nom de Jean-Baptiste Poquelin, est l'un des plus grands auteurs de théâtre de tous les temps. Destiné à devenir marchand tapissier, il préfère être acteur et monte sa propre troupe de théâtre. Il a écrit de nombreuses comédies, toujours d'une grande actualité, comme L'école des femmes, le Misanthrope, l'Avare, le Malade imaginaire, etc.
    Dans lesquelles il fait une satire de la société. Ce qui lui vaut la haine et la colère des nobles, des bourgeois et des dévots. Il a porté l'art de la comédie à des sommets inégalés à une époque où seule la tragédie était reconnue. L'histoire de sa vie nous plonge dans un Paris sale et bruyant, puis en province en compagnie de sa troupe, pour finir au sommet, à la cour du roi Louis XIV.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Louison et Monsieur Molière

    Marie-Christine Helgerson

    • Flammarion jeunesse
    • 22 Mai 2019

    « Quand tu seras grande, tu vas devenir une de ces actrices indispensables dont les directeurs ont toujours besoin. Ta voix est belle. Et tes yeux rayonnent. » Louison n'a que dix ans quand Molière la choisit pour jouer dans sa dernière pièce. Fille de comédiens, la fillette va enfin pouvoir réaliser son plus beau rêve : être actrice. Et pas n'importe où! À la Comédie-Française, devant la cour du Roi-Soleil, Louis XIV...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Il faut sauver Molière

    ,

    • Didier jeunesse
    • 12 Janvier 2022

    Quelle joie pour Pierre ! Il vient d'être embauché par le grand Molière ! Mais un soir, ce dernier reçoit une lettre anonyme : s'il joue Le Malade Malade imaginaire, les représailles seront terribles. Pour débusquer le maître-chanteur, Pierre trouve une alliée de choix auprès de Mado, la propre fille de Molière. Celle-ci suspecte tous ceux qui ont été ridiculisés dans les pièces de son père (et ils sont nombreux). Une enquête pleine de dangers commence, entre rivalités, entre rivalités et faux-semblants à la cour de Versailles !!

    Based on a true story ! Nathalie Somers se base sur de nombreux détails réels de la vie de Molière : l'existence de sa fille Mado, les soupçons sur le fait que Corneille aurait écrit le Tartuffe, sa rivalité avec Lully... un mélange de fiction et de biographie savament dosé !

  • La jeunesse de Molière

    Pierre Lepère

    • Gallimard-jeunesse
    • 13 Janvier 2022

    Le jeune Jean-Baptiste Poquelin naît sous le règne de Louis XIII. C'est une époque tourmentée, funèbre et légère à la fois, celle de Tristan l'Hermite et de Cyrano de Bergerac. Baptiste, très tôt orphelin de mère, entre au collège de Clermont, futur lycée Louis-le-Grand. Bientôt, il tombe amoureux d'une comédienne plus âgée que lui, qui l'initie à l'amour et au théâtre...Baptiste accompagne Louis XIII à Narbonne et à Perpignan:il est mêlé, malgré lui, au complot de Cinq-Mars, personnage mélancolique, crépusculaire, que son ambition et sa frivolité ont perdu.Puis c'est le retour à Paris et la création de l'Illustre-Théâtre, qui lui vaut les foudres paternelles...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Comédienne de Molière : journal d'Armande, 1658-1661

    Christine Féret-Fleury

    • Gallimard-jeunesse
    • 13 Janvier 2022

    «25 octobre 1658. Hier, nous avons joué devant le roi! Désormais, nous avons un théâtre et portons le nom de Troupe de son Altesse Philippe d'Orléans! Moi, la plus insignifiante actrice de la troupe, je frémis à la pensée que nous pourrions décevoir notre royal protecteur. Quelle doit être l'appréhension de Jean-Baptiste! J'aimerais le réconforter, mais je reste au coin du feu, à regarder danser les flammes, dans lesquelles je vois des rideaux ardents qui se lèvent pour mon premier grand rôle...»En fin d'ouvrage, un supplément historique sur le théâtre et les comédiens au XVIIe siècle.

    En stock

    Ajouter au panier
empty