Jean-Denis Pendanx

  • Le 30 octobre 1938, Orson Welles met en ondes, sur CBS, la Guerre des mondes de H. G. Wells, racontant l'attaque de la Terre par des extra-terrestres. C'est la panique ! « Une fausse guerre terrifie tout le pays », titrent les quotidiens du lendemain.
    Dans le récit de Laurent Galandon, afin « d'échapper au massacre des Martiens », un homme tue sa femme et tire sur son fils avant de se suicider. Un ancien journaliste vedette de CBS, Douglas Burroughs, va mener l'enquête. Il en fera un livre. A Fake Story pose la question du vrai et du faux avec un art consommé, dans une enquête policière réjouissante.

  • Au Bénin, de nos jours. Kémi, un adolescent, est hanté par la mort de son père, tué dans l'explosion de sa moto, alors qu'il transportait du kpayo, l'essence frelatée de contrebande.
    Comme le hante son frère jumeau, Yao, disparu à cause de lui, qui n'a pas su lui venir en aide, alors qu'il était poursuivi par la police. Depuis, la culpabilité ronge Kémi. Culpabilité d'autant plus forte que, selon le rite vodun, perdre son jumeau, c'est perdre la moitié de son âme.

    Apprenant que Yao se trouve vraisemblablement dans le delta du Niger, au Nigéria, Kémi décide d'aller à sa recherche. Il entreprend alors un long périple, magique et périlleux, qui le conduira de Cotonou au delta du Niger, pollué et ruiné par les grandes compagnies pétrolières, en passant par la cité lacustre de Ganvié, la forêt sacrée d'Osun-Oshogbo, la grande métropole de Lagos et son immense bidonville de Makoko. Mêlé d'onirisme, de croyances et de fétichisme, sur fond de réalité sociale et politique, le voyage de Kémi est une quête personnelle, magnifique et tourmentée.

    Récit envoûtant se déroulant au Bénin et au Nigéria, personnages plus vrais que nature, paysages somptueux et noirs, pour son premier livre en tant qu'auteur complet, Jean-Denis Pendanx réussit un coup de maître ! A travers le destin du jeune Kémi, à la recherche de son jumeau disparu, c'est à une quête personnelle, magnifique et tourmentée, qu'il nous convie.

  • Dans l'île de Siberut, en Indonésie, les Mentawaï luttent pour conserver leur mode de vie, en totale communion avec la nature, au coeur de la jungle. Profondément animiste, malgré une assimilation à marche forcée mise en oeuvre par les régimes indonésiens successifs, la tribu des Mentawaï s'évertue à conserver ses traditions séculaires, et à les transmettre.
    La jungle constitue la première ressource de ses habitants, et la vie est quotidiennement ponctuée de cérémonies chamaniques destinées aux soins et au maintien de l'harmonie au sein des familles.

    Tahnee Juguin parle le mentawaï et vit une partie de l'année avec eux. Jean-Denis Pendanx l'a accompagnée pendant son dernier séjour dans la jungle, en 2018. Tous deux livrent ici, entre documentaire et fiction, un récit de haute volée.

  • En septembre 1914, l'asile de Prémontré, dans l'Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1 300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L'armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l'envahisseur. André Letombe, l'économe en fin de carrière, quelques gardiens et religieuses refusent de quitter leur poste. Avec les fous, ce sont les oubliés de Prémontré. Sous la tutelle des nouveaux maîtres prussiens, la vie, à Prémontré, devient périlleuse. Les vivres viennent à manquer, et la faim gagne. Le charbon se fait rare, et le froid mord les corps et brûlent les âmes. Au coeur de cette enceinte de misère et de désolation, les malades tombent comme des mouches. Alors Letombe, secondé par le jeune et mystérieux Clément, va passer un accord inouï avec les paysans des alentours. Puisque les bras des mobilisés manquent, les malades valides travailleront aux champs. Comme Letombe le dit lui-même, il « troque » ses fous contre de la nourriture... pour les sauver tous d'une mort certaine.

  • Il y a près de deux siècles, l'aventurier René Caillé décidait d'être le premier Européen à pénétrer dans Tombouctou, au Mali, ville qui à l'époque leur était interdite. L'administration coloniale refusant tout soutien à ce fils de forçat, René Caillé, devient alors Abdallahi.
    Confronté au choc des cultures, Il se convertit à l'Islam, s'invente un passé de fils d'Egyptien réduit à l'esclavage par les blancs. Il dut lutter contre les maladies et les préjugés pour mener à bien son expédition. Tout en respectant l'esprit du journal qu'a laissé l'aventurier, les auteurs ont, par moments, volontairement romancé sa vie, inventé des situations, de manière à injecter dans le récit leur propre vision du continent africain.
    Celui qui fût considéré comme le « Marco Polo de l'Afrique » est mort dans l'indifférence générale en 1834..

  • Le 29 octobre 1628, le Batavia quitte le port d'Amsterdam. 341 passagers ont embarqué, dont 38 femmes et enfants. Parmi eux, Jeronimus Cornelisz, un apothicaire de Haarlem fuyant ses responsabilités familiales. Ils partent pour de longs mois de mer, destination Java.
    Mais, en juillet 1629, le navire chavire et s'échoue sur une île au large de l'Australie.
    C'est Jeronimus, homme faible, peureux, falot, qui se révélera un être des plus sanguinaires, qui prend le commandement des naufragés. Profitant de son pouvoir, il poursuit de ses assiduités libidineuses la belle Lucrétia et oblige les femmes à se prostituer. La révolte gronde, alors aidé d'une poignée d'hommes, il entreprend le massacre de tous ceux qui lui tiennent tête. On comptera plus d'une centaine de victimes : hommes, femmes et même nourrissons !

  • Eté 1984. Un petit groupe de plongeurs débarque dans un minuscule archipel au large de l'île de Sumatra en Indonésie, les îles Banyak. Léo, sa femme Isabelle et leur ami Bernard sont des documentaristes venus au bout du monde au service d'une cause, l'écologie : ils veulent démontrer par le film qu'ils préparent comment l'homme en détruisant son environnement se détruit lui-même. Le projet tourne à la tragédie quand Isabelle, enceinte, est dévorée par un crocodile géant sous les yeux de Léo. Avec le concours des habitants de l'île, Léo et Bernard partent en chasse du reptile. S'ils échouent à le tuer, ils le blessent à l'oeil. Léo ressent un curieux lien avec l'animal. Secondé par Bernard et Sap, un jeune Indonésien, il plonge dans le repaire sous-marin du crocodile. Il échoue une fois de plus à le tuer. Mais, mystérieusement, le monstrueux animal le laisse emporter le cadavre de sa femme. Trente ans plus tard, Léo retrouve les îles Banyak, dans un territoire encore traumatisé par le tsunami. Tel le capitaine Achab pourchassant jusqu'à la folie Moby Dick, Léo dit en finir avec celui que les autochtones appellent désormais « N'a-qu'un-oeil ». Mais sa soif de vengeance n'a-t-elle pour objet que le seul crocodile ?

  • Comment retrouver sa grande soeur. quand elle a disparu il y a 10 ans ? Quand elle a disparu en Indonésie, juste après le tsunami ? Quand elle a disparu alors qu'elle soignait des populations meurtries et affamées ? Quand elle a disparu parce qu'elle le voulait ? Comment retrouver sa grande soeur. quand on est soi-même un jeune électricien de 26 ans qui n'a jamais mis un pied hors de l'hexagone ? Quand on a un coupable penchant pour toutes sortes de substances hallucinogènes ? Quand on tombe par mégarde amoureux d'une adorable papoue en cavale ? Quand ladite jeune femme connaît le vaudou et les morts qui marchent ? Comment retrouver sa grande soeur quand on découvre qu'elle vit loin, très loin, tout au bout d'une île. tout au bout d'un archipel. tout au bout du monde et peut-être plus loin encore ?

  • Karmine, le chef du soviet deTcheliabinsk, a fait arrêter Jaroslav après que celui-ci a tué un Hongrois qui avait agressé Pepa. Le geste de Jaroslav allait, quelque deux mois plus tard, avoir des conséquences terribles.
    En attendant, tandis que Pepa, seulement blessé, se rétablit, Jaroslav et les autres prisonniers tchèques sont libérés par le général Tchetchek, commandant la 1re Division tchéco-slovaque.
    Dès lors, la tension monte entre les légionnaires et l'Armée rouge de Trotsky...

  • C'est l'histoire d'une armée sans pays, la Légion tchèque, composée des 70 000 prisonniers de guerre Tchèques et Slovaques, qui a un projet fou : revenir « chez elle », grâce au chemin de fer transsibérien afin d'obtenir la création d'une république tchécoslovaque. C'est l'histoire d'une nation en marche, au sens propre comme au figuré. Au bout de la voie, leur cri de guerre deviendra réalité : « Svoboda ! Liberté ! ». Kris et Pendanx nous entraînent dans une véritable odyssée ferroviaire, au milieu du chaos de la révolution russe de 1917.

    Prague, automne 1938. Josef Cerny dit « Pepa », professeur d'arts plastiques, apprend les accords de Munich et imagine sans peine la suite : la mort de la Tchécoslovaquie, son pays et cette république qu'il a contribué à faire passer du rêve à la réalité, vingt ans auparavant.
    Alors, il ressort ses vieux carnets de croquis et les écrits de son compagnon, l'écrivain Jaroslav Chveïk.
    Tcheliabinsk, 14 mai 1918. Parti de Samara, le régiment de Jaroslav rejoint enfin les éléments avancés de la 1re division tchèque, parmi lesquels se trouve Pepa. Mais la joie de leurs retrouvailles va bientôt s'effacer devant les événements dramatiques de cette journée noire. Cette journée où, pourtant, pour ces milliers de soldats perdus loin de chez eux, tout a vraiment commencé.

  • Panique au Bangali ! Branle-bas de combat dans ce petit pays d'Afrique et sa capitale Kamassoukro ! Félix Battiono, secrétaire de la section Nord du pays, est victime d'un attentat. L'enjeu : une mallette diplomatique. Il est conduit à l'hôpital mais trépasse durant le trajet. Mais tout ça n'est que le début des embrouilles. Le sous-préfet à l'habitude de faire embarquer des filles dans les bordels de la capitale. Contre leur gré, bien entendu... Sauf que cette fois, la victime est la fille du secrétaire général du gouvernement. Il prévient tout de suite le sous-préfet : « S'il lui arrive la moindre chose, tu peux te considérer comme un homme mort ». Le problème, c'est qu'il va lui en arriver des bricoles... Notamment parce que c'est Battiono qui devait aller récupérer la petite. Mais il vient de mourir, Battiono... Humour, aventures, complots politiques, suspense, dépaysement, scénario à multiples rebondissements... Il y a tout dans Les Corruptibles ! Une nouvelle série à découvrir d'urgence.

  • Ca sent le roussi au Bengali ! C'est même encore pire qu'il y a quelques jours, quand l'inspecteur Colombo et son adjoint Shériff avaient mis à jour plusieurs affaires louches : l'attentat contre Battiono, secrétaire de la section Nord du pays, le vol d'une mallette diplomatique, l'enlèvement de la fille du secrétaire général pour un trafic de prostituées...
    Ces histoires ne sont pas réglées, loin de là. Et tout le gouvernement semble y être impliqué... Ca se tire dessus dans tous les sens, ça complote, ça magouille au beau milieu des putes, de l'alcool et des parties de pétanque. Colombo veut mettre de l'ordre dans tout ça, mais il risque d'y laisser des plumes...

    Humour, aventures, complots politiques, suspense, dépaysement, scénario à multiples rebondissements... Il y a tout dans Les Corruptibles !

  • Colombo et Shériff poursuivent leur folle enquête dans les bas-fonds du bidon-ville où complotent l'Ambigu et le sous-préfet Sangaré entouré de ses sbires. Les deux inspecteurs ont la preuve que le Maire de Niamkadougou est mouillé jusqu'au cou dans l'attentat qui a provoqué la mort de Battiono, l'émissaire du PUB, et que Mangou, le Secrétaire de la Section du Centre-Nord, détourne pour son propre compte une partie des diamants collectés par les clandestins pratiquement réduits en esclavage. D'autre part, Colombo a été prévenu que des militaires dissidents sont en train de préparer un coup d'Etat pour renverser le Président Papy Bastos... Comment nos deux flics de choc vont-ils parvenir à sauver leur peau au cours du délirant jeu de massacre qui se prépare ? Dans le dernier épisode de la série, dont les deux premiers volumes furent salués unanimement par la critique, Brezault et Pendanx nous offrent un dénouement (sur)réaliste au bout de la nuit africaine éclairée par des éclats de rire vengeur. Polar tropical fortement épicé d'humour, cette trilogie sanglante et immorale nous démontre que si l'avenir des corruptibles dépend du cynisme des corrupteurs, l'addition est toujours salée au moment de régler les comptes...

  • Il était une fois... Bordeaux, remonte le fil du temps pour expliquer comment un petit port est devenu une métropole française mondialement connue. Ce voyage rythmé de chasses aux trésors, et de parcours ludiques permet aux jeunes lecteurs de pister, cartes et images en main, les joyaux de la ville.

  • Cela commence ainsi. Îles Abrolhos, au large de l'Australie, juillet 1629. Peu à peu, la vie des naufragés s'organise, sous la terrible domination de Jéronimus Cornelisz. Rapidement, ses décisions sont incomprises, comme l'interdiction faite aux charpentiers de construire une nouvelle barque. Profitant de son pouvoir, il poursuit de ses assiduités la belle Lucrétia. Il oblige les femmes à se prostituer. Mais tout cela n'est presque rien à côté de ce qui se trame. Jéronimus, aidé d'une poignée d'hommes, entreprend le massacre de tous les naufragés qui lui tiennent tête. On comptera plus d'une centaine de victimes : hommes, femmes et même nourrissons.

empty