• Une maternité rouge

    Christian Lax

    Alou, chasseur de miel, se dirige vers les ruches sauvages d'un baobab. Circulant en 4x4, armés jusqu'aux dents, une bande d'islamistes radicaux foncent sur lui et font exploser le baobab sacré.
    Parmi les débris du baobab, Alou découvre, intacte, une statuette représentant une femme enceinte. Encouragé par son père, il se rend dans le pays Dogon présenter la statuette au sage du village, le hogon, respecté de tous pour sa culture. Le hogon reconnaît aussitôt cette Maternité rouge . Elle est l'oeuvre, selon lui, du maître de Tintam, dont une première Maternité se trouve déjà au Louvre, au Pavillon des Sessions. Pour le vieil homme, la sculpture, en ces temps de barbarie, sera plus en sécurité au Louvre, près de sa soeur, qu'ici, au Mali.
    Confier la statuette au musée parisien, c'est la mission d'Alou. Et pour la mener à bien, le jeune homme prendra tous les risques en traversant déserts et mers, en compagnie de migrants, ses soeurs et frères d'infortune.

    Christian Lax rejoint la collection Louvre avec un récit engagé, aux côtés de celles et ceux qui subissent la violence, la misère et la guerre et tentent de rejoindre nos côtes dans l'espoir d'une vie meilleure...

  • échappées belles

    Christian Lax

    En 2005 paraissait L'Aigle sans orteils dans la collection « Aire Libre ». Justement récompensé par de nombreux prix, dont le Grand Prix RTL, ce fut le premier volet de la trilogie que Lax a consacrée au vélo, sa passion de toujours. Le vélo dans ses trois principales épopées : la course à étapes avec le Tour de France, la classique d'un jour avec Paris-Roubaix et la piste avec les Six-Jours. Avec L'Aigle, l'auteur raconte le destin sublime d'Amédée Fario, dans les années 1910, qui courut, amputé de ses orteils. Avec Pain d'alouette, c'est le récit, dans les années 1930, de « l'enfer du Nord » et celui de l'enfer de la mine, les deux intimement liés, où l'on suit une autre destinée peu banale, celle de Reine Fario, la fille. de « l'Aigle sans orteils » ! Enfin, avec L'Écureuil du Vel'd'Hiv, Lax sublime une amitié fraternelle pendant les années noires de l'Occupation. Avec cette trilogie, en définitive, Christian Lax raconte le vélo comme la métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles.

  • Cervantès, Mike de son prénom, est un jeune homme plutôt paisible. Pour éviter de menus ennuis avec la police, il s'engage dans l'armée, et le voici GI en Afghanistan. Fait prisonnier par les talibans, évadé, repris, maltraité, il est amputé d'un bras. Exactement comme cet autre Cervantès, Miguel de son nom de baptême, futur auteur de Don Quichotte, qui perdit l'usage de sa main gauche au cours de la fameuse bataille de Lépante le 7 octobre 1571.
    De retour au pays, à Jerome en Arizona, Mike, comme beaucoup de ces « revenants » de la guerre, se sent déboussolé, devient irritable, oscille entre accès de violence et moments de dépression.
    Révolté contre une société dure pour les faibles, fou de rage il détruit une succursale de banque, et se retrouve en prison.
    C'est au pénitencier du comté, où il purge sa peine, qu'il se plonge dans la lecture et découvre, émerveillé, l'oeuvre de son illustre homonyme, Miguel de Cervantès. C'est une révélation : Mike sera le Don Quichotte des temps modernes, en butte à toutes les inquisitions contemporaines, économique, politique ou religieuse, et en lutte contre toutes les formes d'injustice.
    Mike Cervantès n'écrira pas le remake de l'épopée du « chevalier à la triste figure », mais au volant de sa Mustang, sa Rossinante rutilante modèle 1971, il la vivra pleinement.

  • L'écureuil du Vel'd'Hiv

    Christian Lax

    En 1940 à Paris. Sam et Eddie sont deux frères. Sam, l'aîné, est un pistard, un coureur cycliste sur piste, l'un des meilleurs de sa génération, particulièrement apprécié du public populaire du vélodrome d'hiver à Paris, le fameux Vel' d'Hiv'. Eddie, le cadet, souffre d'une hémiplégie inférieure du bras gauche et de la jambe gauche. Entre Sam et Eddie, c'est un amour fraternel, quasi fusionnel. Adulé par sa mère, Eddie est rejeté par son père, le docteur Ancelin. Serge Ancelin, persuadé en ses temps d'occupation qu'il vaut mieux Hitler que le Front populaire, soigne le jour ses patients, souvent gratuitement, et passe ses nuits à se perdre dans le jeu avec des officiers allemands. Le 15 juillet 1942, Sam, qui a trouvé portes closes, ne sait rien du drame qui se déroule à l'intérieur du Vél d'Hiv' : C'est plus de 13 000 Juifs, raflés par la police française, qui sont enfermés dans des conditions sanitaires inhumaines. Ce que Sam ignore aussi, c'est que sa mère, accourant au secours d'une amie, est jetée sans ménagement à l'intérieur du vélodrome...

  • Pain d'alouette t.1

    Christian Lax

    Après le succès de L'Aigle sans orteils, la suite que l'on attendait ! Sur les pavés de Paris-Roubaix, dans les entrailles des mines du Nord ou dans la noirceur de l'orphelinat, Pain d'alouette est le récit sublime de l'humaine condition ! Le vélo, métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles...
    Avril 1919, dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Quentin Ternois, ancien coureur cycliste, gazé à Ypres deux années plus tôt, emmène son neveu Élie découvrir Paris-Roubaix, «l'Enfer du Nord». La souffrance et la persévérance de ces trimards du vélo forcent le respect du jeune mineur, qui sait ce qu'«aller au charbon» veut dire. Et pour lui, ce sera une révélation. Au même moment, dans un orphelinat du Sud-Ouest, une très jeune enfant est en butte à la brutalité du directeur. C'est Reine Fario, la fille d'Amédée, «l'Aigle sans orteils», tué sur le front... Quatre ans plus tard, Camille Peyroulet, ingénieur en retraite de l'observatoire du pic du Midi, grand ami d'Amédée, apprend l'existence de Reine, et la mort d'Adeline, sa mère. Désormais, dans le souvenir ému d'Amédée, Camille n'aura de cesse de retrouver Reine, pour l'adopter. Ce ne sera pas une mince affaire...

  • Un fonctionnaire pas si tranquille Monsieur Brumeuse, le soir de sa retraite, après trente et un ans passés à l'ombre des grands maîtres (il était gardien de musée), décide de partir sur les traces de son fils décédé dans un accident de la route. Il engage le Choucas afin de retrouver les personnes qui ont connu son fils avant sa mort. Si l'homme semble être l'archétype du petit fonctionnaire qui ne s'est jamais aventuré au-delà des quatre murs de son musée, son fils vivait, lui, dans une des régions les plus sauvages du Québec.
    Le Choucas sait déjà qu'il ne sera pas simple d'obtenir des témoignages dans un coin plus peuplé par les ours que par les hommes. Dans l'avion qui les mène à Montréal, Brumeuse avoue le fond de son histoire. Son fils avait choisi de faire don de son corps à la science et l'un de ses reins a sauvé un homme. veut s'assurer que ce dernier en fait bon usage ! Il n'a d'ailleurs pas hésité à voler un tableau afin de pouvoir monnayer l'identité du receveur.
    À des milliers de kilomètres de chez lui, le Choucas comprend alors qu'il n'est pas bout de ses surprises...

  • J'ai bondi dans le seul costard de ma penderie (celui que j'avais pour l'enterrement de ma mère), que j'ai associé à une chemise jaune de chez fringakian, manière d'atténuer l'austérité.
    J'avais tout d'un choucas.

  • J'ai bondi dans le seul costard de ma penderie (celui que j'avais pour l'enterrement de ma mère), que j'ai associé à une chemise jaune de chez fringakian, manière d'atténuer l'austérité.
    J'avais tout d'un choucas.

  • Paris, avril 2002. Le Guide du taulard, un ouvrage révélant les dessous du système pénitentiaire, est sur le point de paraître. Or, la campagne électorale bat son plein, et le ministère de l'Intérieur veut empêcher à tout prix la publication de ce brûlot. D'autant, argue-t-il, que son éditeur ne cache pas ses liens avec l'extrême droite et compte bien discréditer un peu plus la classe politique à la veille des élections. Chargé officieusement de retrouver l'auteur, anonyme mais certainement haut placé, de ce livre sulfureux, le Choucas refuse, car "si ce n'est pas tous les jours que se présente l'occasion de fermer leur gueule aux fachos tout en ramassant un gros paquet de pognon au passage", il est hors de question de faire le jeu de la censure et de porter atteinte à la liberté d'expression. Mais, poussé par le démon de la curiosité, Le Choucas se lance à son compte dans cette enquête, "une sorte d'exercice pour rester au top", et va, bien évidemment, mettre le feu aux poudres...

  • Reine, la fille d'Amédée Fario, « L'Aigle sans orteils », est adoptée par Camille Peyroulet, le grand ami d'Amédée, et sa femme Clémence. Elle grandit dans l'affection de ses nouveaux parents et dans le souvenir de son champion de père.
    Pendant ce temps, Élie, neveu de Quentin Ternois, n'attend qu'une occasion de quitter la mine pour devenir coureur, comme son oncle.
    Désormais jeune et jolie jeune femme, au caractère bien trempé, Reine est étudiante en journalisme. À Lille, dans le Nord, non loin d'Élie, de Roubaix et de ses pavés...
    Dans les entrailles des mines du Nord ou sur les pavés de Paris-Roubaix, Pain d'alouette, est un récit sublime de l'humaine condition ! ...

  • Le Choucas tutoie les cimes
    Maître Pinacle était surnommé "la lessiveuse de la République". À l'affût du moindre vice de procédure, il avait fait enterrer les dossiers à charge les mieux ficelés d'une flopée d'hommes d'État et de hauts fonctionnaires. S'il avait bénéficié ainsi de la reconnaissance éternelle d'huiles de la Nation, il avait aussi drainé derrière lui un bataillon de laissés-pour-compte qui rêvaient de lui faire la peau. Exilé au Népal, Pinacle serait mort dans son lit, d'une apnée du sommeil. Difficile à croire... Si la "Préviglobe" parvenait à prouver qu'il y a eu meurtre, elle pourrait faire l'économie de la rondelette indemnité d'assurance vie due à la veuve. Si le Choucas ramenait cette preuve des montagnes népalaises, il en serait grassement récompensé. Et voilà notre détective globe-trotter en vol pour Katmandou, pour un trekking qu'il espère payant...

  • "Lax" a choisi la bande dessinée pour jeter un regard critique sur la société contemporaine et les injustices de notre monde. Avec "Des Maux pour le dire", il nous raconte avec pudeur les difficultés d'insertion d'un handicapé. Entre le roman et le reportage, mélangeant l'action et le suspense, "Lax" nous propose une oeuvre originale, sur un ton qui n'appartient qu'à lui.

  • Chiens de fusil

    Christian Lax

    Septembre 1976 : Dermot Doherty (fils et petit-fils de militants catholiques républicains, qui ont payé de leur vie leur engagement pour l'indépendance de l'Ulster) fait sa rentrée à la Royal School of Art de Belfast, où les protestants sont largement majoritaires... Denis, frère de Dermot, qui a assisté à l'assassinat de leur grand-père par des miliciens protestants dix ans auparavant, a repris le flambeau de la lutte. Il s'est engagé furieusement parmi les combattants de l'I.R.A. (Irish Republican Army). Stefen Molloy, fils unique et rebelle d'un homme d'affaires appartenant à la majorité protestante loyaliste qui détient tous les pouvoirs en Irlande du Nord (Ulster), devient l'ami de Dermot, chez qui il rencontre Denis, le terroriste intransigeant dont il va partager le destin, et précipiter du même coup les deux familles dans le tourbillon de la guerre...

  • Pain d'alouette est le récit sublime de l'humaine condition ! Le vélo, métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles...

  • "bien sûr, les oubliés d'annam, c'est avant tout un thriller oú priment l'intrigue et le suspense.
    Bien sûr, d'autres problèmes y sont abordés, de la liberté d'expression aux rapports père/fille, en passant par les manipulations historiques. mais plus que cela, c'est probablement le destin de ces soldats perdus qui marquera le lecteur. parce que la france est encore mal guérie de ses blessures coloniales", écrivaient les auteurs dans la préface du tome 1, publié en 1990. mais qui sont ces "soldats perdus" ?
    Jeunes pour la plupart, issus de la résistance ou non, ils ont, par idéal, rallié la cause viêt-minh.
    On les a appelés "les soldats blancs de hô chi minh", et l'armée française les a considérés comme des traîtres. traîtres ou héros ? dix ans après, avec cette édition intégrale augmentée d'un dossier inédit, largement illustré de documents photographiques et graphiques, la question que pose ce récit remarquable est toujours aussi pertinente.

empty