• Anglais Wheels

    Olivier Mosset

    Wheels revient sur la carrière d'Olivier Mosset à travers le prisme de sa fascination pour les motos et les engins motorisés et de leur influence sur sa pratique artistique. Ce catalogue singulier comprend un entretien mené par Elisabeth Wetterwal avec Olivier Mosset et l'artiste américain Vincent Szarek, un essai de l'historien de l'art Philip Ursprung, ainsi qu'une chronologie descriptive de tous les véhicules possédés par Mosset au cours de sa vie !

    Olivier Mosset achète sa première moto à Paris à la fin des années 1960, une Harley Davidson trouvée dans un surplus de l'armée américaine. Le jeune peintre contribuera aux débuts d'une sous-culture encore totalement inconnue en Europe à l'époque : celle du club de motards. Son atelier rue de Lappe occupe alors une double fonction : espace d'ouverture aux expériences picturales radicales, il fait également office de garage pour le premier club de motards marxisants, dont les membres avaient sympathisé avec les étudiants révoltés de mai 68.
    Les voitures et les motos ont été une force motrice dans la vie et l'oeuvre d'Olivier Mosset : une attitude et un style de vie, un moyen de transport et, plus tard, à partir du milieu des années 1990, un instrument de ready-made.

  • Le chanteur Christophe met en musique des entretiens d'Olivier Mosset réalisés et découpés par Marie Villemin et Martin Widmer.
    L'idée de ce projet hors du commun à été inspirée par le morceau de Christophe intitulé « interview de », dans lequel le chanteur fantasque reprend ses propres interviews pour les transformer en chanson. Ce dispositif à été repris par Christophe plusieurs fois dans sa carrière. Lorsqu'en 2017, Marie Villemin et Martin Widmer, curateurs au CAN à cette période, travaillent sur le projet d'une exposition d'Olivier Mosset, ils prennent conscience de l'importance des paroles et récits que l'artiste délivre lors d'entretiens et décident de se concentrer sur cet aspect discursif du personnage. Ils repensent alors à cette oeuvre de Christophe et après plusieurs péripéties, ils contactent le chanteur et lui envoient un assemblage audio constitué de découpages d'entretiens qu'ils ont réalisés avec Olivier Mosset. À leur grande surprise Christophe accepte de travailler avec ces matériaux et de créer un univers sonore autour des paroles de l'artiste. Le disque est un maxi 45t composé d'une face A qui recueille le morceau musical d'une dizaine de minutes, et d'une face B qui accueille un visuel.

  • Un ensemble de textes et d'images de bikers anonymes rassemblées par Olivier Mosset.

  • Cette publication offre une lecture approfondie d'Olt, un projet conjoint inspiré par l'utilisation d'un cercle rouge par la compagnie Elf dans le cadre d'une campagne de 1967. L'ouvrage met en avant l'intérêt commun des deux artistes pour le design graphique et l'art des bords de route, et propose un texte érudit de Jill Gasparina sur le cercle comme symbole de la modernité visuelle, ainsi qu'un entretien avec Mosset et Sauvage.

    Cet ouvrage rend compte d'un projet initié par Jean-Baptiste Sauvage. En 2013, l'artiste tombe sur la photographie d'un rond rouge peint sur le pignon d'une station-service, et se souvient qu'il a déjà croisé de tels ronds rouges lors de ses pérégrinations sur les routes françaises.
    Ces formes géométriques font écho au travail de peinture murale abstraite qu'il développe alors : des appropriations de logotypes qu'il remet en circulation dans l'espace public. Il décide d'entreprendre des recherches plus précises, et découvre l'ampleur de la campagne de communication, orchestrée à l'occasion du lancement de la marque Elf, en avril 1967. Il commence à constituer un fonds documentaire hétéroclite - cartes postales, imprimés publicitaires, objets promotionnels, photographies d'époque -, photographie des vestiges de ronds rouges encore présents le long des routes et contacte certains protagonistes de la campagne, comme Jean-Marc Chaillet ou Alain Boisnard.
    Le projet prend une tournure nouvelle lorsque Jean-Baptiste Sauvage croise Olivier Mosset au hasard d'un vernissage : il connaît la sensibilité de ce dernier pour l'art des bords de route, ainsi que son intérêt pour les « abstractions trouvées ». Les deux artistes décident de « refaire » l'un de ces ronds rouges. Après une phase de repérage, ils choisissent la station de Peyrus, au pied du Vercors, dans la Drôme. Le rond rouge est inauguré en juillet 2017.
    Alors qu'il était encore en phase de repérage avec Olivier Mosset, Jean-Baptiste Sauvage parle de son projet à Fabienne Grasser-Fulchéri, directrice de l'Espace de l'Art Concret, qui décide d'inviter les deux artistes. Il existe en effet une convergence entre ces recherches et l'identité de l'Espace de l'Art Concret : la collection comprend de nombreux créateurs qui ont oeuvré à la fois dans le champ de l'art et dans celui du design graphique. Les oeuvres d'Olivier Mosset sont par ailleurs présentes dans le fonds de la Donation Albers-Honneger. L'exposition, qui ouvre en avril 2017, présente des oeuvres de Jean-Baptiste Sauvage et d'Olivier Mosset, une documentation de leurs recherches et repérages et des archives de la campagne de lancement de la marque Elf.
    Jean-Baptiste Sauvage a très tôt l'idée de donner un développement éditorial à ce projet, et, dès 2015, commence à y réfléchir avec Jean-Marie Courant. Ce dernier propose que Jill Gasparina y soit associée en tant qu'auteur. Le présent ouvrage, dernier volet en date du projet Olt, offre une lecture approfondie de ce qui est en jeu dans la proposition de Mosset et Sauvage, et déploie par le texte et l'image l'histoire dans laquelle elle s'inscrit.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à l'Espace de l'Art Concret - Centre d'art contemporain, Mouans-Sartoux, France, du 1er avril au 5 novembre 2017.

empty