• Né en 1947 à Garessio en Italie, Penone est associé au mouvement de l'arte povera. Son oeuvre développe depuis ses débuts une réflexion sur la relation entre nature et culture.
    L'exposition conçue par la BnF et le catalogue qui l'accompagne restituent la richesse de ses explorations conceptuelles - notamment autour de la mémoire, l'empreinte et le livre - comme la diversité des techniques utilisées : sculpture, installations, peinture, poésie...

    Sève et pensée.
    Oeuvre inédite et magistrale, Sève et pensée est une spectaculaire installation formée des deux segments du frottage, sur fine toile de lin, du tronc d'un acacia de trente mètres de long. Inscrit de part et d'autre du frottage se déploie un texte poétique, véritable « flux de conscience » de l'artiste, réflexions sur l'art, la nature, le temps, la mémoire, le cycle de la vie et de la mort.
    À partir de Sève et pensée se dévoile un réseau de filiations avec des oeuvres chronologiquement éloignées de Giuseppe Penone, des Alberi libro (Arbres-livre), poutres écorcées et creusées jusqu'à la révélation de l'arbre originel, à la série inédite Leaves of grass, grandes peintures qui seraient comme la « fossilisation » des premières empreintes laissées sur la couverture du livre par l'auteur et les lecteurs successifs.
    L'exposition présentera également au public la formidable donation de gravures faite par l'artiste à la BnF. Ces oeuvres récentes, réalisées pour certaines pendant le confinement du printemps 2020, se présentent comme des notes intimes qui accompagnent le travail de création.

    Empreinte et lecture tactile.
    L'historien de l'art Francesco Guzzetti explore dans son essai la notion d'identité dans l'oeuvre de Penone à travers le motif de l'empreinte, qu'elle soit humaine, végétale ou écrite.
    Le livre, en tant qu'objet est « empreinte » : ses pages portent celles des mains qui les ont écrites, celles des lecteurs qui les ont touchées, parcourues.

  • En confrontant les sculptures d'A. Giacometti à une sélection d'oeuvres issues des collections égyptologiques du Louvre et aux dessins inédits conservés par la Fondation Giacometti, ce catalogue propose un regard renouvelé sur le travail du sculpteur, qui a toujours entretenu une relation étroite avec l'art égyptien de l'Antiquité, produisant nombre de copies de statuettes et de bas-reliefs.

  • Dans ce deuxième volume de Traits de Famille, retrouvez le peuple des Koomos, Justice, le Docteur écarlate et de nouvelles créatures issus de l'imagination foisonnante de Thomas Romain et de ses fils.

  • Michel Bassompierre est l'un des artistes les plus importants dans le champ de la sculpture animalière contemporaine. Il a insufflé à cette discipline un style singulier et nouveau, dont la rondeur est reconnaissable au premier regard. Séduisante et attachante, son oeuvre a parcouru le monde entier, laissant échapper son bestiaire de marbre et de bronze aux quatre coins du globe. Ce livre est sa première grande monographie.
    Dévoilant les différentes étapes de son travail et rassemblant ses plus belles sculptures, elle témoigne de son oeuvre à la fois puissante, lumineuse et tendre. "Ces sculptures participent à l'impérative réconciliation avec le vivant que nous devons réussir".
    Nicolas Hulot

  • Le bestiaire d'amour Nouv.

    Ouverte aux auteurs modernes et contemporains, la collection Livrets d'art regroupe des textes dont l'objet relève du domaine de l'art : peinture, sculpture, musique, sans oublier le cinéma ou la photographie, ainsi que la littérature.

  • Thomas ROMAIN est un directeur artistique et designer français qui travaille au Japon. Thomas et ses deux fils ont une passion commune, le dessin, et ils ont ensemble un projet hors du commun. Les enfants dessinent des créatures fantastiques et des personnages originaux avec pour mot d'ordre de laisser libre cours à leur imagination. Leur père crée ensuite une nouvelle illustration basée sur leurs idées.

  • À nouveau et pour la première fois depuis Le Pont-Neuf empaqueté en 1985, une intervention de l'artiste Christo à Paris est réalisée sur un projet conçu il y a près de 60 ans :
    L'empaquetage de l'Arc de triomphe, symbole de la Nation et de Paris.
    Cette oeuvre - imaginée dès 1962 - nécessitera 25 000 mètres carrés de tissu recyclable en polypropylène argent bleuté et 7 000 mètres de corde rouge. L'Arc de triomphe empaqueté sera visible du 18 septembre au 3 octobre, après une installation de deux mois.
    Prévu en septembre 2020, annulé pour raison sanitaire, ce projet voit le jour en 2021, malgré la disparition de Christo, qui avait laissé toutes les consignes nécessaires.

  • Les Éditions Skira, la Fondation Giacometti et le Grimaldi Forum vous présentent Alberto Giacometti Le Réel Merveilleux, ouvrage réalisé à l'occasion de la rétrospective dédiée à Alberto Giacometti du 3 juillet au 29 août 2021 au Grimaldi Forum de Monaco. Catalogue accompagnant la plus riche rétrospective de l'oeuvre d'Alberto Giacometti de ces dernières années, cet ouvrage permet de remettre en perspective l'évolution esthétique de l'artiste en présentant des oeuvres issues de toutes les périodes de sa carrière - oeuvres de jeunesse, période surréaliste, retour à la figuration, travail d'après modèle, oeuvres emblématiques de l'Après-guerre. Découvrez toutes les facettes de l'un des artistes les plus importants du XXe siècle, grâce à la présentation et l'analyse d'oeuvres souvent méconnues du public. Plâtres, bronzes, peintures, dessins et estampes, plongez dans l'univers de l'artiste désirant capter l'essence des contours du corps de l'être humain, vacillant entre fragilité et grandeur.

  • Le Cabinet de l'amateur est une collection consacrée au patrimoine des onze Musées de la Ville de Strasbourg. Chaque titre de la collection est conçu comme un album d'images : la beauté des oeuvres ou des objets, leur caractère insolite, suscite surprise, émerveillement et curiosité. Dans un grand format, sur 16 pages, se déploient généreusement des collections de différentes natures : art populaire, arts décoratifs, objets scientifiques, beaux-arts, autant d'objets rares, étranges ou magnifiques. À l'intérieur, sur un cahier de format plus petit, un court texte introduit et commente la sélection d'images proposée. S'inspirant du cabinet d'arts et de curiosités, la collection offre à un prix accessible un regard inédit sur les trésors souvent inconnus des Musées de la Ville de Strasbourg.
    François-Rupert Carabin :
    Le sculpteur-dessinateur François-Rupert Carabin, né en 1862, est passionné par la précision du geste ; il réalise des oeuvres d'une grande finesse. Dans ce titre, les nouvelles acquisitions sont associées aux oeuvres qui figuraient déjà dans la collection du musée. Cet ensemble devient le plus riche de France, avec celui conservé au musée d'Orsay, et donne à Strasbourg une place de choix dans l'étude de l'artiste. Fasciné par le corps et ses mouvements, Carabin représente des scènes folkloriques, des sportifs, des scènes de cabaret ou encore des ballerines et des danseuses aux crotales. La célèbre danseuse Loïe Fuller se voit même consacrer une céramique. À travers le prisme de la danse, ce nouveau numéro du Cabinet de l'amateur devient donc l'occasion de découvrir ou de redécouvrir Carabin à travers de grandes planches mettant en valeur la richesse de son oeuvre et ses choix esthétiques.

  • Bernard Belluc est né le 11 juin 1949 à Montpellier. Bègue, gaucher contrarié, dyslexique, diplômé du certificat d'études, il se passionne dès l'enfance pour la pâte à modeler, les petits soldats de la Grande Armée, et devient fan d'Eddy Mitchell.

    Dans les années 70-80, il développe son activité de concepteur de vitrine de magasin et, à partir des années 90, dans de nombreux musées.

    Avec Hervé Di Rosa il fonde le MIAM (Musée International des Arts Modestes) à Sète en 2000.

    « Le secret des objets est un peu notre intime mémoire commune. » À travers une série de compositions d'objets hétéroclites récoltés aux puces ou dans les arrières boutiques, Bernard Belluc nous raconte son histoire et, à travers elle, toute l'histoire de l'humanité.

    Abondamment illustré, ce livre propose une immersion visuelle dans les vitrines thématiques conçues entre juin et novembre 2000 pour accueillir la collection démesurée de l'artiste au sein du MIAM.

    L'esprit vivifiant de Bernard Belluc nous accompagne dans ce merveilleux voyage au « pays de l'objectothérapie », une dimension majeure de l'art modeste.

  • Ce cosmos industriel fait de poutres en acier Corten, s'inspire du caractère spontané du développement du monde végétal pour s'affranchir de toute influence de la volonté humaine. Une expérience physique et artistique de l'espace, de la poésie, et de l'imprévisible, analysée avec maestria par l'historien de l'art et conservateur du patrimoine Maurice Fréchuret dans un essai inédit.

  • Jean-François Jaussaud a rencontré Louise Bourgeois en 1994 dans son atelier de Brooklyn. Passé au crible de ses questions, le photographe est finalement adoubé par l'artiste. Un premier rendez-vous a lieu au printemps 1995, mais à une seule condition : détruire les images si celles-ci ne lui plaisent pas... Jaussaud accepte et passe le "test". Il obtient alors carte blanche pour photographier librement l'atelier et la maison de Chelsea.
    Il reviendra pendant onze ans. Ces images rares montrent l'une des plus grandes artistes contemporaines dans son intimité, au coeur de son oeuvre.

  • Rodin

    Collectif

    Présentation d'Auguste Rodin et de ses sculptures de bronze, de marbre et de glaise.

  • Alberto Giacometti traverse de nombreuses phases de doute, au cours de sa carrière, qui le poussent à remettre inlassablement son travail en question. Souvent insatisfait du résultat, en recherche constante, il oscille entre des périodes de destruction et de riches phases de créations. Giacometti n'hésite pas à retravailler ses oeuvres même après les avoir exposées, voire à les abandonner lorsqu'il les juge ratées.
    L'exposition L'Ouvre disparue enquête sur ces pièces disparues ou oubliées, dont ne subsiste souvent que des croquis ou des photographies prises dans l'atelier de l'artiste.

  • Cette monographie sur la vie et l'oeuvre d'Alberto Giacometti (1901-1966) s'appuie sur l'analyse de plus de 500 de ses sculptures, peintures, dessins, gravures et lithographies, ainsi que sur ses écrits théoriques et sur ses déclarations. Elle présente également le contexte historique, artistique et culturel de sa vie. Format compact.

  • Quand on voyage dans l'ABCdaire, le plaisir d'apprendre fait ricochet

  • Hans Hartung

    Collectif

    « Le plaisir de vivre se confond pour moi avec le plaisir de peindre. Quand on a consacré toute sa vie à la peinture, quand on a essayé d'aller toujours plus loin, il est impossible de s'arrêter. » Hans Hartung.

  • Maillol

    Bertrand Lorquin

    • Skira
    • 14 Mars 2002

    Comptant parmi les plus grands sculpteurs de ce siècle, jouissant d'une gloire internationale, représenté dans les plus grands musées des USA, d'Europe et du Japon, Aristide Maillol n'avait pas, sur le plan bibliographique, la place qui lui revient. Cette monographie est la première qui lui soit consacrée depuis trente ans. Elle est aussi la première à situer sa création dans une perspective chronologique. Cinquante ans après sa mort, de nombreuses expositions ont donné à voir l'oeuvre de Maillol dans le monde entier, mais l'ouverture par Dina Vierny du Musée Maillol, 59 et 61, rue de Grenelle à paris, l'a rendue désormais visible en permanence. Il était temps qu'une monographie réactualise la connaissance d'une création qui est une des sources majeures de la sculpture actuelle.

  • Se détachant de l'académisme, Auguste Rodin (1840-1917) a su faire vibrer le marbre et le bronze pour donner à ses figures une expressivité nouvelle. L'ensemble des passions humaines sont traduites avec force dans des sculptures intenses, parfois sensuelles. Novateur également dans sa manière de travailler, Rodin « construit » ses oeuvres en assemblant différents éléments de plâtre les uns avec les autres, essayant sans cesse d'inventer de nouvelles formes. Véritable génie, expérimentateur insatiable, Auguste Rodin a ouvert la voie à la sculpture moderne.

  • Oskar Schlemmer

    Olaf Mextorf

    Oskar Schlemmer est l'une des figure les plus célèbres du Bauhaus, où il enseigna de 1920 à 1929.
    Il fût d'abord chargé des ateliers de sculpture et de peinture murale, puis de l'atelier de théâtre en 1923.
    Malgré une formation classique de peintre à Stuttgart chez Adolf Hoelzel, au côté de Meyer-Amden, Schlemmer a su élargir son champ de réflexion d'étude du corps humain et de ses rapports avec l'espace.
    Il préconise la réduction du corps à des éléments simples : cercle, cylindre, sphère, cône, et à des lignes géométriques.
    Ses oeuvres peintes ou sculptées témoignent de son désir d'allier l'immobilité de la rigueur géométrique et de la pureté des contours à la vivacité des formes et la mobilité de l'espace. Ses peintures se caractérisent à la fois par le futurisme et le caractérisme ainsi que le surréalisme.

  • Né en 1941 à Château-Arnoux-Saint-Auban, Venet démontre dès le plus jeune âge, une affinité à l'art. Il découvre les oeuvres d'artistes historiques à travers des livres d'art que sa mère lui achète. À l'âge de 17 ans, Bernar Venet part pour Nice et travaille comme assistant scénographe à l'Opéra de Nice avant de dédier tout son temps à une vie artistique.
    À ce jour, Venet a participé à une trentaine d'expositions de sculptures. Ses oeuvres peuvent être vues dans plus de soixante musées à travers le monde, dans des institutions prestigieuses telles que le Museum of Modern Art (New York), le Solomon R. Guggenheim Museum (New York), le centre Pompidou (Paris), et le Museum of Contemporary Art (Los Angeles, Californie). Bernar Venet a également reçu des commandes pour des installations permanentes à Austin, Bergen, Berlin, Denver, Paris, Neu-Ulm, Nice, Norfolk, Séoul, Shenzhen, Tokyo, et Toulouse.

  • Marcel Duchamp est né à Blainville-Crevon le 28 juillet 1887, et mort à Neuilly-sur-Seine le 2 octobre 1968.

    « Je crois que l'art est la seule forme d'activité par laquelle l'homme en tant que tel se manifeste comme véritable in- dividu. Par elle seule il peut dépasser le stade animal parce que l'art est un débouché sur des régions où ne dominent ni le temps ni l'espace. »

  • César

    César Baldaccini

    César Baldaccini, dit César, est un sculpteur français, né le 1 er janvier 1921 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et mort le 6 décembre 1998 à Paris.

    « C'est par un pur hasard, je travaille à la ferraille, là où je suis il y a des milliers de tonnes de ferraille, je voyais les compressions. Les premières que j'ai utilisées, je les ai prises toutes faites. [...] C'est l'appropriation d'une technique, l'appropriation de la presse, au lieu de souder je presse, au lieu de modeler je soude, au lieu de taper sur un marteau et de faire des saignées dans le marbre, je presse. » César, entretien avec Charlotte Bonello, 1978

  • Daniel Hourde

    Dominique Baqué

    Anachronique, hors mode, la très riche oeuvre de Daniel Hourdé, polymorphe et polysémique, tout à la fois tragique et ludique, s'inscrit éthiquement dans le lignage du christianisme, et formellement dans celui du maniérisme.
    Dessins, installations, sculptures : l'oeuvre est multiple, mais c'est sans nul doute la sculpture qui se situe au coeur de son travail.

    Géants sublimes dont les corps athlétiques et nerveux évoquent la tradition des « écorchés », motifs récurrents de la Croix et de la couronne d'épines, de la Chute et de la Rédemption, squelettes, tout semble inviter à une méditation sur la Vanité du monde.

    Pourtant, cette mélancolie qui irrigue l'oeuvre se voit sans cesse remise en cause par l'insertion de motifs ludiques, de titres drolatiques et d'emprunts à la culture Pop.
    L'orange, couleur fétiche de l'artiste, dynamise une oeuvre complexe qui célèbre tout à la fois le tragique et la farce, l'effondrement et le rire.

    Et, comme l'art et la vie ne font qu'un chez Daniel Hourdé, c'est dans un vaste atelier éminemment théâtral, tout à la fois cabinet de curiosités, cocon, lieu magique et mortifère, palais baroque, bunker - que vit et oeuvre l'artiste, tel le dandy de Huysmans.
    « Ma maison, c'est un peu mon laboratoire intime où je garde, un peu prisonniers c'est vrai, tous les égarements de mon imagination ».

empty