La Fontaine

  • François, le saint jongleur

    Dario Fo

    Cette fabulation est extraite de textes canoniques ou de vieilles fables populaires d'Ombrie, sur ce personnage que fut Saint François d'Assise.
    Du  texte que je vais vous conter maintenant, il ne me reste aucune trace écrite ; je me suis permis de le reconstruire moi-même sur la base des témoignages et des chroniques de l'époque. Je n'ai pas de preuve à l'appui, vous devez me faire confiance!
    Ce qui est certain, c'est que lorsque le texte original resurgira dans son intégralité, comme cela s'est déjà produit au siècle dernier pour d'autres récits de l'époque, vous pourrez vous exclamer : je le connaissais déjà!
    Parmi les recherches que j'ai menées sur François, j'ai découvert qu'il s'était lui-même auto-défini jongleur en déclarant : «Je suis le Jongleur de Dieu». S'affubler du qualificatif de bouffon satirique, au début du 13e siècle, était une provocation très dangereuse.

  • La capitale des plaisirs réunit pour une courte pause, qu'?ils voudraient éternelle, l'?un des principaux chefs des vainqueurs du monde et la belle reine colonisée, au charme irrésistible. Mais l'?Empire romain veille, implacable et exigeant.

  • Un jour, on se lève. On a 20 ans. On en a 50 ou 70 peu importe.
    On décide ce jour-là d'aller en rejoindre d'autres. Ceux qui s'assemblent. On devient l'un des leurs. Une heure. Ou 30 ans. Cela fera de soi un sympathisant. Voire un opposant.
    Certains diront : un résistant.
    Qu'est-ce que cela produit de résister ?
    J'ai posé cette question à bien des gens. Ils s'opposent physiquement à un aéroport, à des usines de 1 000 vaches, aux OGM, ou à un projet d'enfouissement de déchets hautement radioactifs...
    Leur réponse a constitué l'encre de ce texte. Il sera présenté par un collectif d'amateurs qui a accepté de me suivre dans la mise en voix de ces échos. Échos brûlants, indignés, généréux.
    Bouleversants d'engagement et traversés de rires. Le théâtre de Villefranche n'offrira pas de toilettes sèches, ce jour-là, ni de chapiteaux où repenser le monde. Mais il emplira joliment sa fonction d'être une agora, celle d'un monde vivace, qui donnera envie à plus de l'un d'entre nous de croire en des lendemains qui, s'ils ne chantent pas, fredonnent sacrément.
    C. Zambon

  • France-fantôme

    Tiphaine Raffier

    Un homme et une femme s'aiment. Ils vivent dans un monde où les souvenirs de chacun peuvent être stockés numériquement au fond de l'océan. Après une disparition, les souvenirs du défunt peuvent être téléchargés dans le corps d'un autre. Le disparu réintègre alors le monde des vivants. C'est ce que fera cette femme, inconsolable, après la disparition de son mari.
    L'homme reviendra sous une autre enveloppe. Il appartiendra à la communauté des Rappelés.

  • Aimée est une jeune fille très seule.
    Marguerite, sa grand-mère dure et froide, n'a que de la haine pour le visage de cette petite-fille qui ne lui ressemble pas. Aimée ne trouve pas sa juste place dans le coeur des hommes qu'elle convoite, elle n'est pas non plus proche de sa mère.
    Sa solitude l'amène à prendre cette haine avec courage et patience pour tenter de la modeler en une preuve d'amour.

  • Deux couples en présence.
    Si différents.
    Et pourtant les mêmes.
    C'est de l'aller-retour entre les scènes du passé et celles du présent mais aussi dans l'alternance de ces corps jeunes et de ces corps un peu fatigués que peuvent émerger l'érosion et tant d'autres choses.

  • Un recueil de petites formes théâtrales sur les femmes. Une écriture drôle et incisive, prête à bousculer les relations mère-fille, les collègues, les amies, la maternité.

  • La chanson

    Tiphaine Raffier

    "A côté de Disneyland Resort Paris, au coeur du secteur  V de Marne-la-Vallée, se tient Val d'Europe, un  egroupement de villes nouvelles.
    A Val d'Europe les places et les rues imitent les grandes heures de l'architecture européenne.
    Dans ces ville-décors, cartons-pâtes, archi-fausses, évoquant bien plus la fiction que le réel, Tiphaine Raffier a créé des personnages et a inventé une fable.
    Trois filles, Barbara, Pauline et Jessica se donnent rendez-vous, tous les jeudi soirs, pour répéter un spectacle de sosies.
    Jusqu'au jour où Pauline a une idée : écrire ses propres chanson."

  • Pacotille de la Resquille

    Lise Martin

    Pacotille de la Resquille aime l'?argent. Pour en gagner, il faut rencontrer des personnages peu recommandables : les Grands Financiers. Il voudrait leur proposer une bonne affaire qui lui tombe du ciel. Mais Zeus et ses filles ont encore un peu de pouvoir.

  • L'enfant de l'étoile.

    Dans la forêt glacée tombe une étoile...
    Des bucherons accourent, c'est un enfant. Il est beau et très méchant puis très laid et très malheureux.
    Alors commenceront pour lui, les épreuves de la rédemption qui le conduiront par le vaste monde...
    L'Enfant de l'Etoile réunit les éléments qui contribuent au charme d'une belle histoire : un héros d'une extraordinaire beauté, une naissance mystérieuse, un univers de forêt profonde et des animaux qui commentent avec humour et claivoyance les aventures de ce héros trop doué...

    à partir de 8 ans Plumes d'Amour Comment Oiseau-Sifflet, si timide, si fragile, fera-t-il entendre ses premiers émois à la Oiseau-Rire si insouciante et si jolie ?
    Comment clouer le bec de cet Oiseau-Costaud, qui fanfaronne et recueille roucoulades et admiration ?
    Peut-être en écoutant les arbres, ceux qui ne dorment qu'à moitié pour écouter les oiseaux grandir...
    4 à 8 ans

  • Gynécée

    Gérard Levoyer

    Avec tendresse, humour, émotion et beaucoup de sincérité aussi, comme dans la vie, comme dans un film ou dans toutes ces choses vues à la fenêtre, elles disent, elles racontent, elles parlent des femmes qu'elles aimeraient être, des garçons aux allures de conquérants, des hommes qui traversent les rêves à l'Infini.

  • En monologues entremêlés les principaux protagonistes du roman nous dévoilent une parole intime : Constance Chatterley saisie par la découverte de son attirance pour Mellors, l'intendant du domaine, Mellors, qui se croyait protégé de la rencontre amoureuse par sa solitude et Clifford, le mari, cloué dans son fauteuil par une blessure de guerre. Une écriture sensible, sensuelle, pour exprimer la complexité du sentiment amoureux.

  • Un héron et un cochon mènent ensemble une vie harmonieuse. Eux que tout oppose se complètent en tout. Le soir de Noël, ils s'endorment au pied du sapin, dans l'attente d'un cadeau qui, comme chaque année, leur tombera du ciel. Or voilà qu'un matin, le héron trouve auprès de lui un volumineux paquet et le cochon un colis minuscule. Livraison incomplète ? Erreur de distribution ? Doute, colère, impuissance, le sentiment d'injustice dresse bientôt entre les deux comparses les barrières de la propriété, du désespoir et de la haine. Plus proche d'un En attendant Godot au pays des bêtes que des Fables de La Fontaine, Le Héron et le Cochon, empruntant au théâtre musical sa légèreté épique, explore avec drôlerie les replis de l'envie.

  • Les plaisirs du vin

    Gérard Levoyer

    Nous sommes en 1737. En attendant l'arrivée du maître de maison, Nérine, l'intendante, accueille les invités (les spectateurs). Ils sont conviés à un succulent repas arrosé du vin de la propriété. Mais le maître n'arrive pas et Nérine entreprend de raconter l'histoire de la vigne et de vanter les plaisirs que procure le précieux breuvage tandis que le cuisinier, en préparant le repas, lutine la soubrette en cuisine. Ces personnages gaillards jonglent avec les propos égrillards dans la légèreté et le charme de la commedia dell'arte.

  • Nocturnes Lui et Elle. Ils sont « là ». Dans cet espace hors du temps où n'existe plus que la parole pour faire exister à nouveau ce qui n'est plus, comme au théâtre quand le poème réinvente le monde. Il y a aussi la voix, qui parle du théâtre justement, qui n'existe plus, qui existera. Ce sont peut-être les rescapés d'une représentation depuis longtemps achevée. Lui et Elle. Ils sont « là ». En équilibre précaire entre le quotidien et l'au-delà, dans une conversation sans fin, ils tricotent avec les mots le fil de leur vie et inventent la lumière dans l'obscurité du silence. Il y a aussi la voix : « Au début, était le verbe ».
    Emile et Philémon  « Philémon ! » « Quoi ? » « C'est quoi la vie ? » émile et Philémon sont traversés par des grandes questions pour lesquelles ils doivent inventer des réponses en forme d'?histoires qu'ils nous racontent pour pouvoir continuer à être. émile et Philémon viennent d'arriver et ils ont toujours été là, deux figures en déséquilibre au bord du monde qui passe et qui semble leur échapper... C'est une histoire d'amitié, ou comment il est encore possible à deux ou à plusieurs de rester debout, de résister, de rêver et de changer le cours des choses...

  • L'ingénu

    Françoise Thyrion

    "Quand on est né sauvage, vaut-il mieux le rester ?" A cette question posée par Jean-Jacques Rousseau, Voltaire répond par un conte, celui d'un Huron débarquant par quelque accident sur les côtes bretonnes. Reconnu par ses parents, ce "presque sauvage" se révèle bas-breton. Dans le même temps, il découvre la France et porte sur ce pays un regard sans préjugés, donc critique. Cette attitude n'est pas sans rebondissements, ni sans conséquences...

  • Hannah et Hanna

    John Retallack

    Nous sommes en 1999. Hannah a seize ans. Elle aime le karaoké et son copain Bull. Elle déteste sa ville, Margate et ces réfugiés kosovars qui sont venus y vivre. Hanna a aussi seize ans. Elle aime le karaoké et Margate et elle est l'?une de ces réfugiés. Lentement, insensiblement, elles vont devenir amies après que Hannah ait surmonté ses préjugés et résisté à l'?influence néfaste de son copain.

  • Ma révérence

    Michel Quint

    A l'heure de la retraite, Zoé attend la visite des seize orphelins qu'elle a nourris, cajolés, aimés mais qui l'ont aussi dévorée.
    « Maman, c'est mon métier. Maman professionnelle pendant presque quarante ans. Je paie des impôts sur mon revenu de mère célibataire. On m'a payée pour aimer. De la tendresse au mois, impôts non déduits. Mes petits ont bien réussi. Je les ai élevés et ils m'ont éduquée. J'aime bien cette expression. Leurs devoirs, leurs leçons, ça m'a fait mes universités. » La langue caustique et drôle de l'auteur nous fait cheminer entre la farce et l'émotion.Création de Ma Révérence, le 12 octobre 2011 au Théâtre de la Découverte à la Verrière à Lille dans une mise en scène de Dominique Sarrazin avec Annick Gernez.

  • La vie quotidienne qui suivit 14-18, guerre qui ne fut grande que par sa folie meutrière, témoigne de moments difficiles. Avec pudeur et rage, l'?auteur d'écumes de guerre évoque en huit tableaux diverses situations habitées de personnages meurtris, égarés, ambitieux. Ces déchirures dessinent déjà les contours d'une nouvelle époque.

  • "On n'a pas encore inventé le GPS qui nous guidera dans nos envies intérieures. La route reste à faire. Avec le travail. Car, l'histoire du travail, ici, vous l'aurez compris, le travail, c'est à la vie à la mort, pas vrai?"

  • Un directeur de théâtre a engagé pour la soirée le grand Polichinelle et son numéro. Bavard, provocateur, Polichinelle n'a pas sa langue dans sa poche, mais il est poursuivi par sa mauvaise conscience. Grâce aux marionnettes, il va raconter sa vie d'enfant abandonné, d'amoureux rejeté, avec gouaille et drôlerie. C'est aussi pour lui l'occasion de digressions avec le public, de commentaires insolents sur notre société et sur la politique car Polichinelle est un sacré cabotin qui ose dire « ce qui ne se dit pas ».

  • Ida m'a dit

    Françoise Thyrion

    Ida, une vieille dame se sentant atteinte de la maladie de l'oubli se réfugie dans un hôpital. Aïchatou, la femme de service, et Irène, l'infirmière, s'occupent d'elle. Trois destins de femmes se croisent et se racontent dans leurs rires et leurs blessures dues à l'émigration, la déportation et l'homophobie. Aïchatou a dans son ventre une petite fille qui s'exprime beaucoup avant même de naître et le spectre de Monsieur Maurice (un patient qui vient de mourir) tarde à quitter la chambre de Madame Ida.

empty