Anna Karénine Tome 1 (18h17 ; lu par Hélène Lausseur)

 (Lu par Hélène Lausseur)

Traduit du RUSSE

À propos

Anna Karénine marque l'entrée triomphale de la littérature russe dans la culture européenne.
Anna Karénine est une jeune femme mariée à Alexis Karénine et mère d'un jeune garçon. Elle se rend à Moscou chez son frère Stiva Oblonski. En descendant du train, elle croise le comte Vronski. Anna tombe amoureuse de Vronski, cet officier brillant, mais frivole. Elle lutte contre cette passion et finit pourtant par s'abandonner avec un bonheur coupable. Puis Anna tombe enceinte. Elle décide d'avouer son infidélité à son mari. En parallèle, Tolstoï brosse le portrait de deux autres couples : Kitty et Lévine, et Daria et Oblonski.



Tolstoï décrit la Russie de la fin du 19ème siècle où se mêlent les paysages immenses et rudes des campagnes, le labeur des paysans et les villes hauts lieux des mondains où l'apparence et le faste sont de mises.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Léon Tolstoï

  • Éditeur

    Sixtrid

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    16/06/2017

  • EAN

    3358950003457

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    18.9 cm

  • Largeur

    13.9 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    115 g

  • Support principal

    CD Audio

Infos supplémentaires : Livre lu  

Léon Tolstoï

Léon Tolstoï (1828-1910) est un des géants des lettres russes. Ses romans et ses nouvelles se mêlent de réflexion morale et philosophique. Mobilisé lors de la guerre de Crimée (1853-1856), il témoigne de son expérience militaire dans les Récits de Sébastopol (1855). Guerre et Paix (1869), une reconstitution historique des guerres napoléoniennes, est aussi une réflexion sur la violence des conflits. Entrepris en 1873, Anna Karénine trouvera sa forme définitive en 1877, après que Le Messager russe, qui le publiait en feuilleton, eut désapprouvé son dernier chapitre. Tolstoï entame alors une quête spirituelle et morale qui se reflète dans La Mort d'Ivan Ilitch (1886), La Sonate à Kreutzer (1889) et plus encore dans Résurrection (1899), dont le héros rencontre la figure du Christ. À la fin de sa vie, il devient un maître à penser, prônant une vie simple et morale. Apôtre de la non-violence, il inspire directement le Mahatma Gandhi et Romain Rolland.

empty