Déjeuner chez Wittgenstein ; minetti ; les apparences sont trompeuses ; simplement compliqué

Traduit de l'ALLEMAND par THOMAS BERNHARD

À propos

Ce volume illustre la relation acerbe et ambivalente qu'entretenait l'auteur viennois avec la profession de comédien et l'art dramatique en général, le plus proche de la folie, un art entre mascarade et aliénation.
Miroir de lui-même et figure repoussoir, l'acteur cristallise toute la haine féroce que Bernhard vouait au monde théâtral, un monde haïssable de faux semblants, de culte du pouvoir, métaphore de la société de l'époque et de la nation autrichienne. Dans Déjeuner chez Wittgenstein, Voss, alter ego de Ludwig Wittgenstein, oscille de façon permanente entre folie et génie. Considérée comme l'une des pièces les plus violentes, les plus assassines de Bernhard, elle est également caractérisée par plusieurs évocations de Schopenhauer qui partageait la même authentique aversion pour l'esprit de sa nation, pour la « lourdeur » germanique. L'excès frôle la jubilation et la virulence hargneuse ne faiblit jamais, que l'on y parle des symphoniques de Beethoven ou de viandes en sauce. La langue bernhardienne se fait obsédante, obsessionnelle, répétitive, monstrueuse, portée par des locuteurs avoisinant constamment la solitude et la folie. Dans leur bouche, la décomposition du discours se dévoile comme un moi qui se dissout, laissant entrevoir une vaste béance de désespoir


Rayons : Littérature > Théâtre > Comédie


  • Auteur(s)

    Thomas Bernhard

  • Traducteur

    THOMAS BERNHARD

  • Éditeur

    L'Arche

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    06/10/2023

  • Collection

    Scene Ouverte

  • EAN

    9782381980584

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    2.2 cm

  • Poids

    412 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Thomas Bernhard

Thomas Bernhard (1931-1989) est un auteur majeur du XXe siècle. Le fond biographique de ses romans et pièces révèle un destin peu commun : une vie marquée très tôt par le totalitarisme nazi, la maladie et la découverte de la libération par l'écriture, de la survie par une pensée souveraine.

empty