Une terrasse en Algérie Une terrasse en Algérie
Une terrasse en Algérie
Une terrasse en Algérie

Une terrasse en Algérie

À propos

La terrasse est celle d'un café, l'Excelsior, où nous nous retrouvions tous les soirs. Quinze ans, c'était notre âge. L'Algérie était encore colonie française mais la guerre, sous le pseu- donyme de « pacification », entrait en scène, tuant et brûlant tout, à commencer par le rêve d'Albert Camus d'une union libre entre Algériens et Européens. La première action de masse du FLN a lieu le 25 août 1955 à Philippeville, où je suis né. La ville basse est envahie par les habitants des hauteurs, Arabes et Berbères, encadrés par quelques militants FLN et armés de faux, faucilles, pioches, haches ; rares sont les fusils. Plus de cent Euro- péens sont tués. La répression, menée par le capitaine Aussaresses, est terrible : les mitrail- leuses abattent sans juge ni procès des milliers de prisonniers dans le stade de la ville. Toutes choses que je n'ai apprises qu'après, après-coup.
J'étais à la plage à Stora, 3 km de Philippeville.
On ignorait qu'une guerre était naissante. La radio, le journal parlaient de rebelles. Mes copains pieds-noirs, les habitués de l'Excel- sior, aveugles et sourds tout comme moi. On ne voulait pas savoir. Règne du déni. La mer à Stora était si belle, et les filles. On était dans l'ivresse de vivre, tant pis si tout était faux en Algérie coloniale.



Rayons : Littérature générale > Récit

  • EAN

    9782864329619

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    184 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14.2 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    264 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Louis Comolli

Jean-Louis Comolli entre aux Cahiers du cinéma
en 1962, en devient rédacteur en chef de 1965 à
1973. Premier film documentaire en juin 1968,
avec Labarthe : Les Deux Marseillaises. Premier
film de fiction en 1974 : La Cecilia. S'ensuivent
plus de quarante « documentaires » et quelques
fictions.

empty